Santé au travail : « un sujet stratégique au cœur du management »

Cécile Dejoux est professeur des universités en poste au Cnam où elle enseigne le management. Elle est directrice de la Chaire « Learning Lab Human Change ». Les MOOCs qu’elle a réalisés ont rencontré un succès considérable en France et au plan international et ont reçu de nombreux prix. Avec E. Leon, elle vient de publier  Métamorphose des managers à l’ère du numérique et de l’IA (Pearson. 2018). Elle nous parle de ses travaux.

 

Quelles sont les grandes évolutions actuelles en matière de management ?

Le management, c’est l’art de développer des équipes pour qu’elles performent. Quelques soient les époques et les modes, les fondamentaux du management s’articulent autour de trois axes déterminants : savoir décider, savoir motiver et savoir développer les talents. C’est ce qu’enseigne le Mooc gratuit et certifiant «  Du manager agile au leader designer »

Avec le numérique et l’arrivée rapide des systèmes d’intelligences artificielles (IA), ces fondamentaux se déploient dans de nouveaux contextes et s’enrichissent de nouvelles compétences relatives à ces contextes. Pour répondre précisément à la question aujourd’hui, le management connaît de nombreuses modes et évolutions mais nous pouvons en évoquer trois majeures qui concernent le bien-être au travail, les objets connectés et l’IA.

La première évolution managériale consiste à chercher à rendre heureux le collaborateur. Depuis vingt ans, les rythmes de travail se sont accélérés avec le numérique, la recomposition des lieux et des formes de travail ont remis en cause le sentiment d’appartenance à l’entreprise, les objectifs de performance à atteindre, d’individuels sont devenus collectifs et se sont mathématiquement démultipliés, toutes ces raisons participent à la montée du nombre de burn out et du stress au travail. Ainsi, l’entreprise qui se reconfigure au niveau business, physique, structurel, organisationnel et métier, apporte des solutions en développant par exemple la thématique du bien-être au travail. Cela peut prendre la forme de conciergerie, de conférences inspirantes, de séances de yoga, de télétravail etc. Chacun a sa recette.
Mais, certaines entreprises vont encore plus loin et pour faire face à la perte des repères qu’elles ont identifiées (nouvelles compétences, nouveaux lieux, nouvelles méthodes de travail, nouvelles responsabilités, etc.), elles parient sur « un management du bonheur » encouragées par les derniers travaux scientifiques de la psychologie positive (Seligman & Csikszentmihalyi), des neurosciences et… l’auteur du moment Mo Gawdat. Cet ingénieur, cadre de Google, n°2 du projet Google X, branche secrète du géant californien travaille sur les innovations du futur en lien avec la robotique et l’IA et vient de sortir un bestseller La formule du bonheur, vendu à 200 000 exemplaires et qui souhaite communiquer à un milliard de terriens sur la formule secrète qu’il a mis en équation : « le bonheur est supérieur ou égal à votre perception de la vie moins vos attentes quant au déroulement de votre vie ». Il est devenu le nouveau gourou du management par le bonheur…

La deuxième évolution consiste à considérer les objets connectés comme des interfaces managériaux. Il est d’usage de définir le management à partir des individus ou des processus pour que des tâches soient réalisées. Or, au CES de Las Vegas, il nous est apparu évident qu’une nouvelle évolution managériale émergeait. Elle est directement liée à la façon dont les objets connectés vont influencer le manager dans sa prise de décision, sa façon de motiver et de développer les collaborateurs. En effet, quand des objets vous vous permettre de connaître le moral de vos collaborateurs (par exemple avec la solution de la start-up GreenMe associée à la solution de Mederic Malakoff), quelle attitude le manager va-t-il choisir ? Laisser le salarié gérer la situation, intervenir en temps réel, ou imaginer des solutions en amont pour que le problème ne se reproduise plus ? Autre exemple, pour éviter le stress aux membres d’une équipe, est-ce que le manager va les équiper de Pocket Confidant qui dialogue avec eux comme un coach de manager ou plutôt d’un casque de la start-up Melomind qui détecte le niveau de stress et l’apaise avec de la musique ?

La troisième innovation consiste à acculturer les collaborateurs à de nouvelles compétences stratégiques spécifiques à l’ère du numérique et de l’IA. L’acquisition de nouvelles compétences managériales s’imposent : les compétences numériques (pour comprendre l’alphabet de notre nouvelle civilisation), d’agilité (pour développer de nouvelles façons de travailler) et de design thinking (pour apprendre à innover au quotidien), de collaboration et d’interaction avec les IA. L’acculturation à ces compétences est nécessaire pour faire face aux grandes évolutions actuelles, c’est pourquoi, les collaborateurs et encore plus les managers doivent en comprendre les fondements, le sens, les contenus et les outils de mise en œuvre. Pour les aider, nous avons développé un nouveau MOOC gratuit et certifiant « Manager augmenté avec l’IA ? ».

 

En quoi les nouvelles technologies (numérisation, IA…) vont-elles modifier la manière dont les entreprises fonctionnent ?

Il y a ceux qui avertissent des dangers et mettent en avant les peurs, face à l’accélération des innovations dues au numérique et à l’IA. Pour ma part, il me semble important de mettre également en avant les progrès et les opportunités que les systèmes d’IA vont permettre d’introduire dans les organisations et plus particulièrement au niveau du manager. C’est l’équilibre entre ces deux positions qui créera, nous l’espérons, une nouvelle démocratie avec les machines.

Nous pensons que l’IA va permettre aux managers de le remplacer sur des tâches à faible valeur ajoutée (le classement, la prise de RDV, la gestion des mails, etc.) et de leur faire gagner du temps et de la productivité ; de les assister, c’est à dire faire avec eux des tâches qu’ils font déjà (l’analyse de sentiments, la gestion de projet, la curation, etc.) et de l’augmenter, c’est à dire lui permettre de faire de nouvelles tâches qu’il ne faisait pas avant, comme gérer l’infobésité, trouver de nouvelles pistes d’innovation, personnaliser son management grâce à des analytics issus de l’IA etc.

Le « manager augmenté » est celui qui saura interagir avec les IA en les nourrissant de bonnes données, en les éduquant, en apprenant d’elles et en les contrôlant et il saura également acculturer ses collaborateurs à l’IA en les formant à poser les bonnes questions, à repenser leur métier avec les IA et développer de l’intelligence collective numérique.

 

Quelle place prend la santé au travail dans ces évolutions ?

Avec toutes ces transformations, les salariés vivent de nombreuses contradictions et doutes. Dans ce contexte, leur santé est un sujet stratégique au cœur du management. Il y a plusieurs façons complémentaires de l’aborder : Tout d’abord, considérer, qu’il fait partie de la responsabilité managériale de l’entreprise qui mettra en œuvre une politique de prévention et d’actions propres à sa culture avec ses propres indicateurs. Ensuite, considérer que la santé au travail est une responsabilité sociale de l’entreprise et l’inscrire dans une logique de normalisation sur ce sujet. Ainsi, le Canada a lancé dès 2013, la « Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologique en milieu de travail » et fournit un cadre complet pour aider les entreprises et les reconnaître dans cet investissement. Enfin, il est possible de transférer la responsabilité de la santé au travail à chaque collaborateur en le formant par exemple aux dernières découvertes de la science et plus particulièrement, l’épigénétique, qui explique comment notre style de vie peut modifier nos gènes et comment nos décisions et nos peuvent réduire notre stress et augmenter notre bonheur ! comme le propose deux auteurs ( De Rosnay J. : La symphonie du vivant, Les liens qui libèrent, 2018. et Giacobino A. Peut-on se libérer de ses gènes ? L’épigénétique, Stock, 2018).

 

Accéder au MOOC Du manager agile au leader designer 

Accéder au MOOC Manager augmenté avec l’IA ?

Accéder au site de Cécile Dejoux

Articles sur le même thème